25.09.2016

Actu 88

Trame Céramique – Nelly Martinelli, la femme du papier porcelaine

Nelly  Martinelli est venue à la céramique après un parcours de vie dans l’animation sociale. En plus des techniques classiques, elle utilise la méthode du papier porcelaine, mélange de porcelaine et de cellulose, qui permet d’obtenir des pièces d’une extrême finesse. Elle exposait au Salon Habitat & vie d’Épinal.

Après la fermeture du centre social où elle travaillait, elle a beaucoup voyagé. « J’ai visité 41 pays, fait de la plongée sous-marine, confie-t-elle. C’est sûrement de là que m’est venu cette fascination pour les coraux ».  Elle découvre sur les Salons, l’artisanat d’art une expression à travers différents matériaux. Elle « flashe » sur la terre à Auboué, où se déroulent les Aubouesielles, qui met en scène 5 artistes, 5 matériaux sur 5 jours.

La céramique par le feu

« J’ai été attirée par la céramique, explique-t-elle, je ne sais pas dire pourquoi. Sûrement à cause du raku, ce système de cuisson par le feu où l’objet se transforme sur les différentes étapes sans qu’on puisse vraiment savoir ce qui va en sortir ». La métamorphose par le feu … « Le feu, symbole de vie, de chaleur humaine, de convivialité ». Avec la cuisson raku, le résultat est toujours une surprise, une découverte. On ne voit ce que donne sa pièce qu’une fois nettoyée. C’est presque magique !

Le papier porcelaine

En octobre 2012, elle intègre une formation de Concepteur Créateur au CERFAV de Vannes-le-Châtel et  choisit Christine CECCATO, comme maitre de stage. C’est avec elle qu’elle travaille la technique du papier porcelaine, qui intègre de la cellulose. A la cuisson, la cellulose brûle et laisse un vide, ce qui permet des pièce d’une extrême finesse. Un savoir faire ancien oublié, qu’elle remet au goût du jour.

Laisser surgir les émotions

Elle, qui semble un peu bourrue, un peu rentre dedans, la vanne toujours prête pour cacher une sensibilité à fleur de peau, elle s’apaise à travailler la terre. C’est un voyage où les énergies s’équilibrent, porteuses des émotions qui échappent au contrôle. Elle fait tomber la cuirasse, laisse émerger les émotions qui la submergent et se concentre sur ces fines lamelles, coraux d’un affect en bouillonnement. « J’ai créé mes larmes « coulures en relief » après le décès de ma tante. C’est venu spontanément ».

Un atelier à 2

Elle est sortie en mai 2015, de la couveuse Pacelor qui accompagne les créateurs d’entreprise pour leur permettre de tester leur activité. Une  aide que Nelly Martinelli a apprécié et trouve vraiment efficace. « On nous conseille et on nous booste », assure-t-elle. Depuis un an, elle a un atelier dans la Meuse, qu’elle partage avec Christine Ceccato. Une façon de réduire les coûts et de ne pas être isolée dans son atelier.

De l’animation et des Salons

Mais elle a gardé une partie animation et fait de la céramique avec les écoles et les centres de loisirs. C’est sa plongée dans le monde. Pas question de rester sans contacts, et pour ça, les Salons, c’est le Must !

TrAme cerAmique

1,bis rue Sainte Marie- 55140 Maxey-sur-Vaise – 03 29 91 04 99 ou 07 88 00 87 64

Commentaires

Les commentaires sont fermés.